Mois: septembre 2015

Mote Con Huesillos

J’avais oublié de vous parler de cette boisson d’origine chilienne : le mote con huesillos. Nous avons eu l’occasion de la goûter lorsque nous sommes arrivés en haut du Mont Cristobal, à Santiago du Chili. Il s’agit d’une boisson à base de pêche et de blé. Une association étonnante et extrêmement sucrée. Un peu trop en fait. Cela avait vraiment le goût du sirop des boîtes de conserves de pêches. Il existerait des versions plus ‘locales’ avec un goût que j’imagine moins chimique, plus authentique. Mais à vrai dire, je préfère de très loin le Pisco Sour!

L’odeur des princesses et des super héros 

Je suis assez surpris que dans un pays avec un niveau de pauvreté élevé, il y ait une opportunité pour le parfum destiné aux enfants. Il existe effectivement une gamme de parfums dédiée aux petites filles et aux petits garçons dans les parfumeries de luxe dont nos références européennes se vendent très chères. Luxe? Pas vraiment, nous sommes plutôt proches des standards de produits de grandes surfaces : des flacons très gadget, un traité primaire, des noms directs et des odeurs très basiques ( du fruit pour les filles, une bonne vieille fougère pour les garçons!), … Sauf qu’ici, ces flacons plutôt ´cheap’ sont vendus à quelques étagères plus loin que Dior, Guerlain, Hugo Boss et compagnie. Alors qu’en France, le genre olfactif a une moindre importance – et c’est tant mieux -, le genre est, en Bolivie, la clef d’initiation à la catégorie. Nous sommes encore très loin de la parfumerie conceptuelle des grands noms de la parfumerie de niche tels que Frederic Malle, Maison Francis Kurkdjian, Etat Libre d’Orange, ou encore Nose pour …

Barbie Fair Trade

Et oui, c’est impensable mais vrai! Barbie s’habille aussi sur le marché de La Paz! Je souhaitais mettre à l’honneur ce travail artisanal réalisé par de charmantes dames et dans des conditions pour les moins tumultueuses! En effet, ces couturières œuvrent minutieusement sur la rue en plein milieu d’une foule animée! Cela permet également de souligner l’importance de la débrouille dans les pays moins développés pour gagner son dû! Et heureusement que les lois de ces pays ne semblent pas aussi protectionnistes que les nôtres! Le cas échéant, je ne vois vraiment pas comment tous ces artisans de rue pourraient percevoir un salaire et promouvoir leur savoir-faire!