Auteur : Damien

Saga Lays – acte #4 à acte #10 !

Vendredi 19.08.2016 -12h58! Soit presque un an après mon retour de TDM ! J’ai faim et j’attends mon plateau de sushi avec la ferme intention d’enfin satisfaire mon obsession du moment : rebloguer! Et force est de constater que mes goûts culinaires n’ont pas changés! Je mange toujours des chips – que je ne partage pas, c’est important ! – et je déjeune dans un restaurant japonais environ deux fois par semaine! Alors quand je retombe sur les photos de paquets de chips que j’ai dévorés en Thaïlande, je me rappelle forcément que je me sentais très très bien! La parfaite synthèse de dirty food aromatisée aux saveurs asiatiques, voire Maki! La pomme de terre devient vraiment secondaire : seuls comptent les arômes qui s’accumulent sur les doigts pour pouvoir les lécher goulument ! Un plaisir régressif assumé et assouvit par l’irrésistible besoin d’adoucir sont palais avec du coca : light, mais quand même, c’est une débauche ! J’avoue cependant que la saveur coquille Saint Jacques était vraiment ovniesque même si elle avait le mérite d’avoir une véritable singularité gustative! …

Folklore Color Block à La Paz!

La visite de la capitale bolivienne fût très très haute en couleur! A notre grande surprise, notre arrivée dans la capitale a été signée par une fête très particulière : la fête annuelle des étudiants. Une sorte de carnaval dansant où toutes les universités de la ville sont représentées. Les étudiantes, étudiants, professeurs et autres représentants de ces établissements défilent avec une immense fierté dans les rues de La Paz au rythme des instruments de musique. Cette fête semble très attendue et prisée des boliviens! Et pour faire honneur à ce défilé, les rues sont ‘privatisées’. Il est effectivement impossible d’assister au défilé si on ne paie pas sa place dans les tribunes qui font office d’écran! Sous un soleil de plomb, nous nous laissons tenté par cette expérience inédite et trouvons une place en front row, parés pour enjoyer le show! J’avais, en effet, l’impression d’assister à un défilé très très haut en couleur! Les couleurs criardes, saccadées et pas forcément harmonisées des costumes attirent immédiatement le regard! Comme si leur fonction était d’attirer l’œil …

Mote Con Huesillos

J’avais oublié de vous parler de cette boisson d’origine chilienne : le mote con huesillos. Nous avons eu l’occasion de la goûter lorsque nous sommes arrivés en haut du Mont Cristobal, à Santiago du Chili. Il s’agit d’une boisson à base de pêche et de blé. Une association étonnante et extrêmement sucrée. Un peu trop en fait. Cela avait vraiment le goût du sirop des boîtes de conserves de pêches. Il existerait des versions plus ‘locales’ avec un goût que j’imagine moins chimique, plus authentique. Mais à vrai dire, je préfère de très loin le Pisco Sour!

L’odeur des princesses et des super héros 

Je suis assez surpris que dans un pays avec un niveau de pauvreté élevé, il y ait une opportunité pour le parfum destiné aux enfants. Il existe effectivement une gamme de parfums dédiée aux petites filles et aux petits garçons dans les parfumeries de luxe dont nos références européennes se vendent très chères. Luxe? Pas vraiment, nous sommes plutôt proches des standards de produits de grandes surfaces : des flacons très gadget, un traité primaire, des noms directs et des odeurs très basiques ( du fruit pour les filles, une bonne vieille fougère pour les garçons!), … Sauf qu’ici, ces flacons plutôt ´cheap’ sont vendus à quelques étagères plus loin que Dior, Guerlain, Hugo Boss et compagnie. Alors qu’en France, le genre olfactif a une moindre importance – et c’est tant mieux -, le genre est, en Bolivie, la clef d’initiation à la catégorie. Nous sommes encore très loin de la parfumerie conceptuelle des grands noms de la parfumerie de niche tels que Frederic Malle, Maison Francis Kurkdjian, Etat Libre d’Orange, ou encore Nose pour …

Barbie Fair Trade

Et oui, c’est impensable mais vrai! Barbie s’habille aussi sur le marché de La Paz! Je souhaitais mettre à l’honneur ce travail artisanal réalisé par de charmantes dames et dans des conditions pour les moins tumultueuses! En effet, ces couturières œuvrent minutieusement sur la rue en plein milieu d’une foule animée! Cela permet également de souligner l’importance de la débrouille dans les pays moins développés pour gagner son dû! Et heureusement que les lois de ces pays ne semblent pas aussi protectionnistes que les nôtres! Le cas échéant, je ne vois vraiment pas comment tous ces artisans de rue pourraient percevoir un salaire et promouvoir leur savoir-faire!

Coca

Première dégustation de l’infusion aux feuilles de coca! Je vous rassure, je ne suis pas tombé en transe et je ne me suis pas senti Superman ni Superstar! J’ai simplement apprécié ses notes très vertes qui m’ont rappelé le thé macha du Japon. Je me souviens également que cette dégustation sur une terrasse panoramique sur tout Sucre a débouché sur une très jolie rencontre. Célia & Arnaud, frère et sœur vivant à Paris et épris par le goût du voyage. Nous avions réalisé le même itinéraire dans le désert de Bolivie et avons dormi dans les mêmes hôtels. En une après-midi, nous avons refait quelques fois le monde au grès de nos aventures. Quelques jours plus tard, nous nous sommes retrouvé autour d’une table à La Paz où nous avons eu l’opportunité de faire la connaissance du reste de la famille : Marine et Jade, leurs petites sœurs, espiègles et charmantes de surcroît, et leur père, Dominique, qui a réussi, je pense, à insuffler sa passion de la découverte du monde à ses enfants. Encore …