Tous les articles classés dans : Le Nez d’Argent

L’odeur des princesses et des super héros 

Je suis assez surpris que dans un pays avec un niveau de pauvreté élevé, il y ait une opportunité pour le parfum destiné aux enfants. Il existe effectivement une gamme de parfums dédiée aux petites filles et aux petits garçons dans les parfumeries de luxe dont nos références européennes se vendent très chères. Luxe? Pas vraiment, nous sommes plutôt proches des standards de produits de grandes surfaces : des flacons très gadget, un traité primaire, des noms directs et des odeurs très basiques ( du fruit pour les filles, une bonne vieille fougère pour les garçons!), … Sauf qu’ici, ces flacons plutôt ´cheap’ sont vendus à quelques étagères plus loin que Dior, Guerlain, Hugo Boss et compagnie. Alors qu’en France, le genre olfactif a une moindre importance – et c’est tant mieux -, le genre est, en Bolivie, la clef d’initiation à la catégorie. Nous sommes encore très loin de la parfumerie conceptuelle des grands noms de la parfumerie de niche tels que Frederic Malle, Maison Francis Kurkdjian, Etat Libre d’Orange, ou encore Nose pour …

Tiaré de Tahiti

Le tiaré de Tahiti est incontestablement un des ADN olfactif de Bora Bora. Dès l’arrivée à l’aéroport, les usuels colliers de ces fleurs blanches embaument les couloirs. Leur sillage se poursuit dans la salle de réception de l’hôtel. On peut, en effet, trouver des fleurs fraîches à disposition afin de pouvoir en glisser une dans le creux de l’oreille. Une pratique qui n’est d’ailleurs pas genrée et qui ne nécessite pas de support alcoolique. Seule la fleur suffit pour signer votre présence pour la journée. Toute la puissance du sillage opulent de la fleur blanche est détectable. Elle n’est pas aussi solaire que la fleur de frangipanier, principale concurrente des îles, mais son potentiel d’addiction est intact. Quand on la sent de très près, on peut décoder une dimension plus végétale, un peu comme du terreau, voire un côté plus animal. Le soir, après avoir capté toute la chaleur de la journée, son empreinte est encore plus lourde, grasse et gourmande bien que son sillage soit moins intense. Il invite alors à davantage de proximité …

Forêt de Kauris

Les Kauris sont des arbres millénaires absolument énormes qui sont sacrés pour les maoris.  Ils reposent en principe dans des sanctuaires protégés. Certains peuvent atteindre jusqu’à 6 mètres de diamètre! Yakas, l’un des plus gros, semble à lui seul constituer un autre écosystème sur lequel vivent plusieurs variétés de plantes. Il dégage ainsi une énergie suffisante pour nourrir une autre mini forêt au sein de la Grande Forêt. Mais paradoxalement, ces arbres sont également très fragiles. La plupart du temps, il était impossible de les toucher pour ne pas abîmer leurs racines. A l’entrée et à la sortie du sanctuaire, il fallait se désinfecter les pieds. Quand il était possible de toucher leur écorce en motif camouflage, on pouvait se rendre compte de toute leur immensité. Les odeurs qui émanaient de cette forêt vibrante étaient également racées. Elles m’ont fait penser à la sauge, à la mousse, aux champignons, au terreau, aux agrumes, voire aux aldéhydes – allez savoir pourquoi…

Rotorua la prouteuse

Peut-on vraiment s’habituer à l’odeur de l’oeuf pourri? Je connais bien sûr le phénomène d’habituation en parfumerie qui part du postulat que plus on porte un parfum et moins on le sent. Autrement dit, plus on a l’habitude de sentir une odeur et moins on y est sensible. J’espère sincèrement que se postulat s’applique pour les habitants de Rotorua! Cette ville est, en effet, située en pleine zone d’activité géothermique. Et, ici, qui dit activité géothermique, dit forte présence de souffre! Pour être plus clair, ça sent le prout! Mais pas que! Dans mon cas, je ne m’y suis absolument pas habitué. Entre deux hauts le coeur, j’ai ainsi pu avoir l’opportunité de décortiquer toutes les facettes olfactives des prouts de terre! Evidemment, la dimension prout ou oeuf pourri ressort malheureusement très souvent! Mais il peut aussi y avoir une facette de caoutchouc brûlé (une note pyrasine?) ou fumée (un peu comme du bacon), voire une odeur d’allumette craquée. Enfin, sur certains sites, on pouvait sentir des odeurs très propres, comme les aldéhydes du pressing, …

Mon nez a peur! 

Arrivée à Pékin, en plein check out post Japon, mon premier sens à avoir été sollicité est l’odorat! J’ai l’habitude qu’il soit choyé et stimulé par des jus sophistiqués & innovant, ça a été tout l’inverse… Dès les premiers pas dans la capitale, mon nez s’est pris une mega gifle. Il a fallu tout d’abord subir la pollution de la ville qui agresse les narines et la gorge. Ensuite, c’est tout un complexe nauséabond qui m’a presque mis KO. Des effluves d’égouts mêlées à des odeurs de déjections de poules et d’huile qui a bien trop servi à frire de la dirty food! Près de certains stands de street food, nous aurions pu croire que les cuisiniers cuisaient de la merde de chien… Divin, si on était à Halloween! Impossible de revivre ça. C’est idiot, une sorte de superstition puérile, j’avais peur d’abimer mon nez! La solution de porter un masque s’est imposée comme une évidence. C’est moche mais très confortable et rassurant! Je crois même que je pourrais en porter à Paris. Après tout, …

J’ai la peau mousse! 

Ce savon – mousse vaut la peine de s’y attarder, je vous l’assure!  Quand on l’essaie, on se rend compte que notre pauvre savon liquide est un piètre concurrent! Pas besoin de se tremper les mains pour qu’il s’étale partout en laissant tomber la moitié du produit dans l’évier! Le caractère hygiénique est, par ailleurs, renforcé par les robinets automatiques… La texture est onctueuse et fondante mais il faut bien rincer le produit afin d’éviter qu’il ne laisse un film collant. Quant à l’odeur, on l’imagine hyper chimique mais pas du tout. C’est un joli muguet bucolique et végétal qui émane de cette mousse sophistiquée.  Un joli contraste entre sophistication et naturalité.  

Biri, vous avez dit Biri? 

Je ne connaissais pas du tout ce type de tabac, très courant en Inde car bon marché. Il s’agit d’une feuille de tabac roulée qui contient un peu de tabac à l’intérieur. Il est coutume de croire que c’est meilleur pour la santé. C’est du tabac donc je ne fume pas mais l’odeur du vrai tabac à rouler ne m’a pas dérangée…