Tous les articles classés dans : Le Touché de Taffetas

Underwater

Flâner au paradis, c’est bien. Nager dans des eaux cristallines en compagnie de Némo et ses amis, c’est mieux.   Ce n’est pas ma première découverte de ce monde fabuleux. Pourtant, mon émerveillement reste intact. Bien sûr Disney contribue vivement à alimenter l’idée que les océans cachent un monde parallèle. Et plus je plonge pour partir à sa rencontre, plus il me fascine.  Toutes les couleurs du panthome sont représentées dans cet aquarium grandeur Nature. La plupart des poissons s’habillent des couleurs les plus vives et se parent des reflets les plus étincelant. Si jamais quelqu’un vous dit que les couleurs de votre tenue sont mal accordées, esquissez un sourire, ne répondez rien, et dites vous simplement qu’il y a certainement un poisson qui porte un manteau encore plus extravagant que vous : la géométrie abstraite des scalaires se dessinent de noir, de blanc et de jaune citron, les poissons demoiselles sont habillés d’un manteau bleu électrique aux contours noir profond et les rayures des poissons perroquet se délimitent de jaune, d’orange, de rose, de …

Plage volcanique

Après les plages de sable blanc, place au sable NOIR!  Cela est vraiment très étrange visuellement, particulièrement lorsque les vagues viennent se poser sur le sable. Le contraste entre l’écume et la noirceur du sable est très vif. La texture du sable est, de plus, très agréable. Le grain est très épais et moelleux, un peu comme du terreau à moitié humide.  Les surfeurs polynésiens ajoutent également un vent de fun au panorama. Ce dernier paysage de la Polynésie Française me surprend, encore, et ne cessera pas de me charmer.

Sous les grottes de Waitomo 

L’aventure néo zélandaise se poursuit et cette fois, c’est sous la terre que ça se passe! A Waitomo, il est possible de visiter des grottes où fourmillent des vers luisant! Il faut bien sûr mettre de côté les fils visqueux qui pendent sur les murs et oublier qu’ils s’illuminent pour manger afin que la magie opère! Passez ces détails, l’effet visuel est vraiment très intéressant. C’était comme s’il s’agissait de mines de diamants, voire d’une constellation d’étoiles vue aux jumelles qui scintillaient sous les voutes de grottes creusées par une ancienne mer. Mais ce qui a été le plus grisant, c’est que nous avons pu découvrir ces décors insolites au gré d’un parcours en spéléologie. Nous avons emprunté des labyrinthes de cours d’eau à l’aide d’une bouée, serpenté dans des dédales étroits et sauté depuis des cascades pour enfin se retrouver à 65 mètres en dessous du niveau de la mer. Un parcours initiatique qui donne envie d’en vivre davantage. A suivre. * Malheureusement, il n’était pas possible de prendre des photos lors de cette …

Le bout du bout

La dernière étape de la Nouvelle Zélande a été plus que saisissante. D’abord, conceptuellement puisqu’il s’agissait de se rendre au bout du bout du monde : Cap Reinga! Un lieu mythique où se croisent et se mélangent deux océans au bout de l’île du Nord du pays. Le célèbre phare blanc accessoirise plutôt très bien ce fabuleux paysage. Nous avons d’ailleurs eu l’occasion de rejoindre ce bout du bout juste avant le coucher du soleil. Double avantage puisque nous étions presque seuls et parce qu’ensuite le jour s’est éteint d’une façon très élégante.   Mais avant ça, l’île m’a encore réservé une très belle surprise! Juste avant de rejoindre notre destination finale, nous nous sommes baladé sur d’immenses dunes de sable. Un nouveau décor pittoresque empruntant la palette des plus belles aquarelles. J’avais l’impression de marcher sur une immense empreinte digitale gravée par le sable. Il y régnait alors une tension entre les courbes des dunes et les mouvements quasi géométriques de ces lignes. La découverte de ces beaux paysages a été également l’occasion de faire un …

Bain de rivière

Je ne pensais pas qu’il était possible de se baigner en plein hiver, lorsqu’il fait à peine 13 degrés. Et qui plus est, dans une rivière traversant une forêt humide. Cest l’un des nombreux avantages qu’offre les zones volcaniques! Nous avons donc eu l’occasion de nous baigner dans un jacuzzi naturel dans lequel le sol de sable était vraiment chaud! Une cascade d’eau faisait office de massage. Dans les renfoncements de la roche, de la cire trahissait la présence de bougies sans doute allumées lors de soirées plus romantiques et très certainement arrosées au regard du nombre de capsules de bière sur le sol et certains vêtements oubliés. Le nom de cette endroit, Kerosene Creek, figure d’ailleurs bien l’odeur d’essence qui émanait des vapeurs d’eau chaude. Awsome!

Les pirates de Batu Caves

Petite visite touristique au Batu Caves où l’on redécouvre des temples indoux aux couleurs criardes et richement décorés.  J’en profite pour acheter une couronne de fleurs pour le rituel de la donation. Même s’il ne faut pas sentir les fleurs – elles seraient impures pour les dieux – je peux sentir le sillage d’une grosse fleur blanche opulente. J’adore. De loin, on peut apercevoir des macaques qui ‘s’amusent’ le long des marches. L’amusement va vite se transformer en harcèlement et en contrôle permanent pour ne pas se faire voler nos affaires lors de la montée des escaliers. Ces petits monstres paraissent très jolis quand ils sont petits. Mais quand un adulte se retrouve accroché à mon Tee Shirt parce que j’ai eu le malheur de sortir la couronne de fleurs emballée dans un sac plastique, ma perception a très vite été altérée! Je n’ai pas cherché à rivaliser avec Monsieur et je lui ai ‘offert’ ma couronne! Bon appétit! Toutefois, ce bref aparté a mis un peu de piment à cet visite. C’est, en effet, fascinant …

Sur les marches de la Grande Muraille…

Un passage inévitable, le premier point d’orgue de notre séjour chinois. Je l’avais rêvée de prime abord plus impressionnante. Mais j’ai compris que c’est en arpentant les marches, en suant et en se rappelant que des milliers de maçons sont morts pour construire ce mur de protection immense que la muraille se vit et s’apprécie. Chaque étage gravi offre un spectacle de plus en plus grand. Les points de vue sont multiples et les panoramas infinis. Et comme si nos jambes ne souffraient pas assez, le défi de monter plus haut nous fouette. C’est hélas le temps qui a limité notre périple sur la muraille. La ballade m’a alors semblé avortée mais le souvenir que j’en garde supplante largement l’image de l’arrière plan de mon PC! Mission réussie. Next!