Tous les articles classés dans : Nouvelle Zélande

Sous les grottes de Waitomo 

L’aventure néo zélandaise se poursuit et cette fois, c’est sous la terre que ça se passe! A Waitomo, il est possible de visiter des grottes où fourmillent des vers luisant! Il faut bien sûr mettre de côté les fils visqueux qui pendent sur les murs et oublier qu’ils s’illuminent pour manger afin que la magie opère! Passez ces détails, l’effet visuel est vraiment très intéressant. C’était comme s’il s’agissait de mines de diamants, voire d’une constellation d’étoiles vue aux jumelles qui scintillaient sous les voutes de grottes creusées par une ancienne mer. Mais ce qui a été le plus grisant, c’est que nous avons pu découvrir ces décors insolites au gré d’un parcours en spéléologie. Nous avons emprunté des labyrinthes de cours d’eau à l’aide d’une bouée, serpenté dans des dédales étroits et sauté depuis des cascades pour enfin se retrouver à 65 mètres en dessous du niveau de la mer. Un parcours initiatique qui donne envie d’en vivre davantage. A suivre. * Malheureusement, il n’était pas possible de prendre des photos lors de cette …

Le bout du bout

La dernière étape de la Nouvelle Zélande a été plus que saisissante. D’abord, conceptuellement puisqu’il s’agissait de se rendre au bout du bout du monde : Cap Reinga! Un lieu mythique où se croisent et se mélangent deux océans au bout de l’île du Nord du pays. Le célèbre phare blanc accessoirise plutôt très bien ce fabuleux paysage. Nous avons d’ailleurs eu l’occasion de rejoindre ce bout du bout juste avant le coucher du soleil. Double avantage puisque nous étions presque seuls et parce qu’ensuite le jour s’est éteint d’une façon très élégante.   Mais avant ça, l’île m’a encore réservé une très belle surprise! Juste avant de rejoindre notre destination finale, nous nous sommes baladé sur d’immenses dunes de sable. Un nouveau décor pittoresque empruntant la palette des plus belles aquarelles. J’avais l’impression de marcher sur une immense empreinte digitale gravée par le sable. Il y régnait alors une tension entre les courbes des dunes et les mouvements quasi géométriques de ces lignes. La découverte de ces beaux paysages a été également l’occasion de faire un …

Forêt de Kauris

Les Kauris sont des arbres millénaires absolument énormes qui sont sacrés pour les maoris.  Ils reposent en principe dans des sanctuaires protégés. Certains peuvent atteindre jusqu’à 6 mètres de diamètre! Yakas, l’un des plus gros, semble à lui seul constituer un autre écosystème sur lequel vivent plusieurs variétés de plantes. Il dégage ainsi une énergie suffisante pour nourrir une autre mini forêt au sein de la Grande Forêt. Mais paradoxalement, ces arbres sont également très fragiles. La plupart du temps, il était impossible de les toucher pour ne pas abîmer leurs racines. A l’entrée et à la sortie du sanctuaire, il fallait se désinfecter les pieds. Quand il était possible de toucher leur écorce en motif camouflage, on pouvait se rendre compte de toute leur immensité. Les odeurs qui émanaient de cette forêt vibrante étaient également racées. Elles m’ont fait penser à la sauge, à la mousse, aux champignons, au terreau, aux agrumes, voire aux aldéhydes – allez savoir pourquoi…

Fish & Chips

De retour de Cap Reinga, nous nous sommes arrêtés dans un trou perdu pour manger. Nous sommes tombés sur une friterie alternative qui proposait des Fish & Chips. Après quelques difficultés à décrypter la carte et une petite honte quand nous avons osé demander des couverts – ici, ce repas se mange avec les doigts…- nous avons dégusté ce repas British. Et cela s’est avéré être une belle interprétation du traditionnel Fish & Chips anglais. Je l’ai trouvé même meilleur qu’au UK : une panelure épaisse et grasse à souhait, un poisson tendre et juteux et des frites généreuses. Le tout, trempé dans une sauce tartare Heinz. Mes poignets d’amour de trentenaire, elles aussi, sont ravies.

Peanut Brownie Cookie

Le nom était sexy. Tellement sexy que j’en ai acheté deux paquets.  On peut dire que je me suis fait avoir par l’emballage. Le mix marketing avait une faille : le produit. Oui, cela avait le goût des cacahuètes. Pour la texture, il faudra passer son tour. C’était mou et sec à la fois, comme si cela avait déjà pris l’air. J’imagine que c’était l’effet brownie qui était escompté… Quoiqu’il en soit, ces biscuits ont hérité du statut de gâteaux de survie : à ingérer uniquement en cas de fringale. Les derniers cookies ont servis de nourriture pour les oiseaux lorsque nous avons dû rendre la voiture… Triste sort.

Ballade sur un volcan

Prendre l’hélicoptère est toujours une expérience sensationnelle. Lorsqu’elle est ponctuée par une marche presque solitaire sur un volcan en activité, l’aventure devient exceptionnelle.  Je n’avais jamais imaginé pouvoir marcher un jour sur un volcan. Mais la Nouvelle Zélande offre cette opportunité sur un plateau d’argent. L’expédition sur la White Island est ainsi le troisième vertige de ce Tour Du Monde. Le volcan est une synthèse plus impressionnante de ce que l’on peut découvrir à Rotorua, située sur l’île principale du Nord, avec en bonus les vestiges d’un site d’exploitation de souffre abandonné et rongé par l’air du volcan. Les contrastes des couleurs sont sublimes. Ils oscillent entre le jaune flamboyant du souffre, la terre grisâtre, le rouge du fer et le violet du manganèse. Des contrastes nuancés par les va et vient des vapeurs de souffre qui dansent au rythme des rafales de vents et qui brulent les narines, grattent la gorge jusqu’à son dessèchement pour y laisser un goût tellement nauséabond. Heureusement que les masques oprimaient ces désagréments! Le lac d’eau acide qui siège dans …