Derniers Articles

Vertige du désert

Il y a des paysages dans ce monde que l’on ne soupçonne même pas et tout particulièrement lorsqu’ils sont perchés à plus de 3000 mètres d’altitude, dans un milieu aride et hostile, de jour et encore plus de nuit.
Les hauts plateaux chiliens et boliviens incarnent parfaitement la surprise de découvrir de tels panoramas. Et c’est en ce sens que cette aventure constitue le 4ème Vertige de ce Tour Du Monde 2015.

Désert de Silolli, Désert De Salvator Dali, Lagunas Colorado, etc… Autant de mots qui symbolisent l’immensité, l’absence de repères, le sentiment de liberté face à une nature indomptée. L’essence du voyage.
Alors que nous sommes dans une région, certes très étendue, aucuns paysages ne se ressemblent au fur et à mesure que les kilomètres défilent sur le compteur.

Les décors peuvent passer du gris souris au jaune moutarde ou au blanc cassé par les fragments de sel ou de potassium. Les lagunas des déserts de bolivie peuvent être teintés de bordeau, d’ocre, de vert emeraude ou de bleu nuit.

Chaque nouvel espace, principalement d’origine volcanique, est simple mais extrêmement contrasté. On pourrait croire un instant que nous sommes au sein d’une zone où la vie semble impossible. Ce, jusqu’à ce qu’un végétal à la couleur acerbe ou un animal aux yeux perçant jaillissent de nulle part.

La vie semble alors possible et l’on comprend toute la puissance de la nature qui nous entoure. Chaque manifestation de vie, animale ou végétale, peut devenir alors très intrigante, robuste. Les végétaux au sein des déserts de coraux pétrifiés en sont la manifestation la plus subjuguante.

Mes yeux sont hilares, mes oreilles sont à l’affût de la moindre pulsion de vie, mes pieds captent toutes les matières, mes papilles feignent le goût et l’effet de la coca qui pourrait soulager les méfaits de l’altitude. Et mon nez chassent la moindre odeur. L’air salin du salar d’Uyuni sera alors le plus perceptible.

Chachakoma & Pupusa!

Non, il ne s’agit pas d’une mystique incantation chaman pour prolonger ce voyage pour une durée indéterminée!

Il s’agit de deux plantes des montagnes qui poussent en altitude!
Et Dieu merci, elles ont choisi leur endroit pour prendre racines!

Les plantes sont belles mais elles sont surtout utiles à un peu plus de 4800 mètres d’altitude!

J’ai eu l’occasion de boire cette tisane – cumulée à un dafalgan 1 gr quand même- après avoir passé une nuit agitée en haute altitude. Je crois que je n’ai jamais eu aussi mal à la tête! Je ne pouvais plus bouger de mon lit! Et la fine couche de glace sur la face interne de la fenêtre de la chambre ne me motivait pas vraiment!
Heureusement, un des responsables de l’hôtel m’a donné cette infusion magique qui – effet placebo ou pas – m’a soulagé. L’infusion était très bonne et prononcée. Je me rappelle des notes de thé vert et d’une odeur de marijuana! Et non, ça n’en n’était pas!

Mon leitmotiv de la journée – que je n’ai eu de cesse de cantonner à notre chauffeur – à néanmoins été : ‘no altudino per favor Bernardo!’

Quinoa, oh Joie! 

En France, cette céréale me semblait insipide, sans réel mariage intéressant avec d’autres ingrédients pour en faire un repas notable.

A vrai dire, je ne m’y suis jamais intéressé jusqu’à ce que je tombe sur ce risotto de quinoa! De l’huile, du fromage fondant de brebis prononcé et des crevettes! Tels sont les ingrédients parfait qui rendent la quinoa culinairement orgasmique!

Au gré des discussions avec les locaux boliviens et péruviens, il s’avère que la quinoa est indispensable pour leur alimentation quotidienne. Riche en protéines, elle remplace ainsi le lait, la viande et certains légumes.

Voilà comment une simple matière première peut, avec une belle histoire, devenir un must eat après le retour à Hell City!

Pisco Sour 

L’apéro le plus addictif que je connaisse et made in Amérique Latine.
Imaginez-vous une tarte au citron meringuée en version liquide avec un doigt (de géant si possible) d’alcool : le Pisco. Vous obtenez alors une boisson sucrée, généreuse mais rafraîchissante!

Et plus l’altitude est élevée et plus la (les pour les intimes) coupette de Pisco Sour est bonne!